fbpx

Ce article est basée en très grande partie sur un extrait du livre « Conversation Avec Dieu »  de Neale Donald Walsch, Le Tome 3 . Je présente ici un condensé de ce contenu plein de sagesse.

Nous avons emprisonné nos cinq émotions naturelles, les avons réprimées et changées en émotions non naturelles, ce qui a entraîné malheur, mort et destruction dans notre monde. Depuis des siècles sur notre planète, le modèle de comportement est : ne «cède» pas à tes émotions. Si tu ressens de la peine, dépasse-la ; si tu te sens en colère, refoule-la ; si tu ressens de l’envie, aies-en honte ; si tu ressens de la peur, passe par-dessus ; si tu ressens de l’amour, contrôle-le, limite-le, garde-le, fuis-le : fais tout ton possible pour cesser de l’exprimer, complètement, sur-le-champ, ici même.
Il est temps que nous nous libérions.

Les 5 émotions de base

il y a cinq émotions primordiales de base chez les humains. Ce sont les cinq émotions naturelles : la peine, la colère, l’envie, la peur et l’amour. Et à l’intérieur de celles-ci, il y a deux derniers niveaux : l’amour et la peur. Les cinq émotions naturelles comprennent l’amour et la peur, qui sont la base de toutes les émotions. Les trois autres sont des excroissances de ces deux-là.

En définitive, toutes les pensées sont parrainées par l’amour ou la peur. C’est la grande polarité. C’est la dualité primale. Tout, en fait, revient à l’une ou l’autre des deux émotions. Les pensées, les idées, les concepts, les façons de comprendre, les décisions, les choix et les actions sont fondés sur l’une d’elles. Et à la fin, il n’y en a vraiment qu’une : l’amourEn vérité, il n’y a que l’amour.

La Peine

La peine est une émotion naturelle. C’est la part de toi qui te permet de dire adieu quand tu ne veux pas ; d’exprimer — de pousser, de propulser – la tristesse en toi lorsque tu éprouves une forme quelconque de perte. Ce peut être aussi bien la perte d’un être aimé, que la perte d’un verre de contact.Lorsqu’on vous permet d’exprimer votre peine, vous vous en débarrassez. Les enfants à qui on permet d’être tristes lorsqu’ils le sont arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine envers la tristesse et, par conséquent, passent très rapidement à travers elle.

Les enfants auxquels on dit : «Voyons, voyons, ne pleure pas», ont de la difficulté à pleurer une fois devenus adultes. Après tout, on leur a appris toute leur vie à ne pas le faire. Pourtant, ils répriment leur peine. La peine continuellement réprimée devient donc dépression chronique, une émotion qui n’est pas du tout naturelle.

La Colère

La colère est une émotion naturelle. C’est l’outil qui vous permet de dire : «Non, merci.» Elle n’a pas à être offensante et ne doit jamais nuire à personne.
Lorsqu’on permet aux enfants d’exprimer leur colère, ils arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent donc habituellement très vite leur colère.

Les enfants à qui on fait sentir que la colère n’est pas correcte — qu’il est mauvais de l’exprimer, et qu’en fait, ils ne devraient même pas la ressentir — auront de la difficulté, devenus adultes, à être en contact avec leur colère d’une façon appropriée.
La colère sans cesse réprimée devient de la rage, une émotion qui n’est aucunement naturelle.

L’envie

L’envie est une émotion naturelle. C’est l’émotion qui fait qu’un enfant de cinq ans souhaite pouvoir atteindre la poignée de porte comme le fait sa sœur — ou monter sur sa bicyclette. L’envie est l’émotion naturelle qui vous amène à vouloir refaire une chose ; à fournir plus d’effort ; à continuer à lutter jusqu’à ce que vous y arriviez. II est très sain et très naturel d’être envieux. Lorsqu’on permet aux enfants d’exprimer leur envie, ils arrivent à l’âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent très rapidement leur envie.

Les enfants auxquels on fait sentir que l’envie n’est pas correcte — qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir — auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur envie d’une façon juste.
L’envie continuellement réprimée devient de la jalousie, une émotion qui n’est pas du tout naturelle.

La peur

La peur est une émotion naturelle. Tous les bébés naissent avec seulement deux peurs : la peur de tomber et la peur des bruits forts. Toutes les autres peurs sont des réactions acquises par l’enfant, dans son entourage et, développées par ses parents. Le but de la peur naturelle est de permettre à l’individu d’intégrer un peu de prudence. La prudence est un outil qui aide à garder le corps en vie. C’est une excroissance de l’amour. L’amour du Soi.

Les enfants à qui on fait sentir que la peur n’est pas correcte — qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir — auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur peur de façon appropriée.
La peur continuellement réprimée devient de la panique, une émotion qui n’est pas du tout naturelle.

L’amour

L’amour est une émotion naturelle. Lorsqu’on laisse un enfant l’exprimer et le recevoir normalement et naturellement, sans limites ni condition, sans inhibition ni gêne, il n’exige rien d’autre. Car la joie de l’amour exprimé et reçu de cette façon se suffit à elle-même. Mais l’amour conditionné, limité, faussé par les règles et les règlements, les rituels et les restrictions, maîtrisé, manipulé et retenu, n’est plus du tout naturel.

Les enfants auxquels on fait sentir que leur amour naturel n’est pas correct — qu’il est mal de l’exprimer, et qu’en réalité, ils ne devraient même pas le ressentir — auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec l’amour de façon juste.
L’amour sans cesse réprimé devient de la possessivité, une émotion qui n’est aucunement naturelle.

Conclusion

Ainsi, les émotions naturelles, lorsqu’elles sont réprimées, produisent des réactions et des réponses qui ne sont pas naturelles. Et chez la plupart des gens, l’ensemble des émotions naturelles sont réprimées. Pourtant, ce sont nos amies. Ce sont nos dons les plus merveilleux. Ce sont les outils divins avec lesquels nous façonnons notre expérience.

Nous les recevons  à notre naissance. Elles sont là pour nous aider à mieux négocier la vie. Nous devons donc les vivre et apprendre à mieux les comprendre pour utiliser leur puissant pouvoir. Nous aurons une vie meilleure si nous apprenons à ne pas réprimer nos émotions (elles nous disent toujours comment nous nous sentons vraiment par rapport à une situation) mais en les prenant comme nos amis.

Le secret se trouve dans comment nous les recevons et les vivons. Ce doit être avec modération et sans aucun débordement dans leur expression.

/////////////////////////////////////////////////////

Vie Abondante et Épanouie

Jean-Roger

 

 

Catégories : Vie Epanouie

jeanroger

Coach de Vie, Formateur, Entrepreneur, IT Manager. Créateur de la méthode PCP : les Premières Choses en Premier. Elle est basée sur la recherche des causes premières qui sont à la base de toutes les situations. Elle explore les aspects mentaux et émotionnels pour trouver des solutions sur les plans concrets et physiques. L’extérieur n’est que le reflet de l’intérieur. Pour soigner l’extérieur, il faut d’abord soigner l’intérieur.

0 commentaire

Laisser un commentaire ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :